Passion Peinture XI - Partie I : 31 oeuvres en provenance de la famille Delaroche-Vernet aux enchères

Vente aux enchères à Lyon

— Mercredi 5 juin 2024 par la maison de ventes ARTENCHERES

Maître Agnès Savart présentera le mercredi 5 juin un ensemble inédit d’oeuvres en provenance de la famille Delaroche-Vernet :
« Exceptionnel par son pedigree, sa variété, sa qualité et sa cohérence, il est une très belle découverte que nous sommes heureux de faire partager à tous les amoureux de l’art du XIXe siècle. Il s’agit d’oeuvres très émouvantes par leur spontanéité, entre l’étude, l’esquisse et le bozzetto. »


— Horace Vernet, peintre de batailles
Cette collection comprend de nombreuses oeuvres d’Horace Vernet (1789-1863), le peintre des batailles de la galerie historique de Versailles, qui vient juste de faire l’objet d’une belle exposition au château (novembre 2023 – mars 2024).
Dans ce registre commémoratif, citons :
• l’étude pour la bataille d’Habra, datée de 1834/35 (lot 7)
• celle de la bataille de Fontenoy (montrant Louis XV en triomphe sur le champ de bataille) (lot 8)


— Horace Vernet, portraitiste
Autre lot phare qui devrait susciter beaucoup de convoitise, sa toile réunissant 18 études de portraits (lot 11), pour beaucoup identifiés par Isabelle Julia à l’occasion de son exposition en 1980 à l’École Nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Du duc de Chartres à la duchesse de Mouchy (une des muses de Chateaubriand), les personnages de l’époque sont brossés avec justesse. D’autres personnages restent à identifier, comme ce magnifique portrait de militaire noir, quand pour d’autres certaines hypothèses sont avancées (le collectionneur Lenoir, l’actrice mademoiselle Mars, le peintre Narcisse Guérin…). Anonymes, artistes et hommes de pouvoir se télescopent au sein de cette très belle composition.

— Paul Delaroche, peintre romantique et époux de Louise Vernet (fille d’Horace)
Signalons également un nombre important de dessins et tableaux de l’artiste Paul Delaroche (1797-1856), gendre de ce dernier. Il le devient en effet en épousant sa fille Louise, dont le fameux portrait peint par Isabey est devenu une icône du romantisme (Musée du Louvre). La belle Louise, trop tôt disparue, est omniprésente dans notre vacation :
• Son portrait à la partition attribué à Jean- Baptiste Isabey, où elle pose adolescente pour ce beau portrait à l’huile (lot 14)
• Celui déguisé où elle pose, mère, avec ses deux enfants Horace et Philippe, afin d’illustrer « Le petit mendiant » (tableau final disparu), un magnifique tondo d’esprit raphaélesque (lot 26)
• Sa silhouette aquarellée dans le fond du jardin de la villa Médicis, avec sa mère et au fond Carle Vernet à cheval (où son père Horace exerça comme directeur de l’académie de France à Rome de 1829 à 1834) (lot 13)
• Son dessin au graphite par Flandrin, près de la fontaine La Riccia à Rome en 1834 (lot 16)
• Et celui au crayon et à l’estompe par Paul Delaroche en 1835, année de son mariage avec ce dernier (lot 19)

— Une collection familiale unique regroupant les plus beaux artistes français du XIXe siècle
« Cette vente est l’occasion d’une immersion dans la France artistique de cette première moitié du XIXe siècle. Il est très émouvant de voir se croiser tous ces peintres fameux. C’est un jeu de correspondances sans fin à travers une collection familiale unique. Parfois même à travers une seule et même oeuvre, comme le très représentatif portrait de Marie-Louise Ledieu, réalisé à deux mains par Ary Scheffer et Charles Antoine Ledieu ! » remarque Agnès Savart (lot 17). Comme l’indique le cabinet Turquin à propos de ce beau portrait d’enfant, les deux artistes se fréquentaient à l’époque du cénacle de la rue des Martyrs, autour de Géricault, et s’étaient probablement rencontrés antérieurement dans l’atelier de Carle Vernet.

— Paul Delaroche portraitiste et admirateur de Napoléon 1er
Toujours de Paul Delaroche, mention spéciale pour ses talents de peintre d’histoire à travers le portrait au crayon de Napoléon 1er, portant au dos une étiquette annotée à l’encre par Delaroche- Vernet (1866-1931) : Etude pour le tableau intitulé « Napoléon dans son cabinet » peint par Paul Delaroche, en 1837 pour lady Sandwich (lot 23).

— Maurice Denis, regard vers le symbolisme
Enfin, plus tardives, nous quittons le romantisme avec deux oeuvres provenant de cette même collection :
• Maurice Denis « La Vallée de la chartreuse d’Ema (Italie) », 1907. Une huile sur carton où les rayons du soleil confèrent au paysage une aura des plus symbolistes (lot 31)
• Maurice Denis « Les Bords de Seine à Port- Marly », 1892. Huile sur carton (lot 30)
Toutes deux d’un pedigree hors pair, elles figurent au catalogue raisonné de l’artiste et proviennent par descendance de la fille de l’artiste.